Direction du Stade Toulousain

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Direction du Stade Toulousain

Message par JMD le Jeu 27 Juil - 8:10

Apparemment, il y a une longue interview de JBE dans l'Équipe, dans laquelle il revient sur son "échec".
https://www.lequipe.fr/Rugby/Article/Elissalde-on-a-fait-du-menagement-pas-du-management/821152

Si quelqu'un a l'article complet, ce serait sympa...
avatar
JMD

Messages : 517
Date d'inscription : 22/06/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Direction du Stade Toulousain

Message par clemuche le Jeu 27 Juil - 8:37


clemuche

Messages : 267
Date d'inscription : 22/06/2016
Age : 35
Localisation : plaisance du touch

Revenir en haut Aller en bas

Re: Direction du Stade Toulousain

Message par JMD le Jeu 27 Juil - 9:22

Merci, c'est sympa. Wink
avatar
JMD

Messages : 517
Date d'inscription : 22/06/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Direction du Stade Toulousain

Message par JMD le Jeu 27 Juil - 9:31

Après lecture (et même si le discours est peut-être faussé par la déception), je trouve ça très intéressant et révélateur de l'ambiance qui a fait du ST la plus mauvaise équipe de la phase retour.
Je reste convaincu que JBE est le seul de la bande à avoir des compétences d'entraîneur.
avatar
JMD

Messages : 517
Date d'inscription : 22/06/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Direction du Stade Toulousain

Message par jumisao le Jeu 27 Juil - 12:45

Article très sympa qui confirme ce que je pensais...Pour jouer le style de jeu voulu par Mola, il fallait des mecs comme Mac, comme Flood, comme Axtens...bref les joueurs qui ont été placardisé presque toute la saison. Et Mola n'est pas un manager. Il ne sait pas transmettre le petit plus nécessaire au haut niveau.

jumisao

Messages : 653
Date d'inscription : 22/06/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Direction du Stade Toulousain

Message par Nono_31 le Jeu 27 Juil - 13:44

Ca fait quand même beaucoup trop de personnes qui critiquent le management de Mola. Là où Elissalde m'a l'air de bonne foi c'est son raz le bol du discours de Mola, on en a tous eu mare. Qu'il ai mis tout le monde devant ses responsabilités, je le crois aussi, ca explique pourquoi on a diminué son influence sur l'équipe au fil du temps

Nono_31

Messages : 213
Date d'inscription : 21/08/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Direction du Stade Toulousain

Message par bzh31 le Jeu 24 Aoû - 11:01

Je ne sais pas où poster ce message. Il concerne l'évolution du rugby à XV en général et les informations que je transmets pourraient bien avoir une influence non négligeable sur la vie (la survie, même) de notre club de coeur.

Pour de plus amples détails (et pour ceux qui pratiquent un peu l'anglais) je vous renvoie à trios articles du site du Guardian d'aujourd'hui, 24 août.
Dans le premier, les Saracens annoncent vouloir réformer profondément le salary cap, car il les empêche (disent ils) de garder des joueurs (exemple: Itoje) formés chez eux. Pourquoi? C'est limpide. L'an passé, les Sarries étaient au taquet sur le salary cap et Itoje,un très bon espoir. Aujourd'hui, le T6N et la tournée des Lions en NZ sont passés et la "valeur marchande" d'Itoje a fait un bond: le renouvellement de son contrat sortira le club du cadre salarial.
C'est un problème que nous allons rencontrer certainement dans les années qui viennent si notre formation continue d'exceller et si nous voulons en garder les fruits.

Dans le deuxième article, on apprend que Picamoles est le premier transfert à sept chiffres (ce ne sont que des livres, mais quand même). Jonny May, l'ailier des Lions, vient d'être surnommé "Neymar" tellement le montant de son transfert est élevé. Tout ceci me paraît converger pour poser le problème des ressources du Stade pour les dix ans à venir.

D'autant que (troisième article) les Cheetahs et les Kings rejoignent l'ex ligue celtique (Pro 14). Deux éléments intéressants. D'une part, ils s'organisent en deux poules de (7+1): 2 gallois, 2 irlandais, 1 de chaque autre pays (Ecosse, Italie, ?, et un club Sud Af). Un des arguments défendus par les organisateurs est qu'il n'y a pas de décalage horaire (1 heure max) et que les voyages se feront de nuit (ce qui sera plus confortable que Vannes-Carcassonne!). Ces clubs manifestent en plus la volonté de pouvoir se qualifier pour la Coupe d'Europe. L'AfSud pourrait même candidater auT6N...AMHA,ceci laisse présager un vaste championnat fermé (sans montée ni descente) de clubs européens sur le modèle NBA ou NFL, qui intégrera non seulement l'AfSud, mais,à terme, d'autres pays européens (type Géorgie ou Russie, Allemagne).

La fédé, la ligue et... les clubs majeurs (dont nous sommes) devraient réfléchir à ces questions et ne pas laisser aux Anglo-Saxons l'exclusivité de la préparation de cette révolution.

bzh31

Messages : 1206
Date d'inscription : 23/06/2016
Age : 78
Localisation : Toulouse+Bzh

Revenir en haut Aller en bas

Re: Direction du Stade Toulousain

Message par clemuche le Jeu 24 Aoû - 11:46

Merci pour ces détails.

Je veux bien les liens des articles si tu les as

clemuche

Messages : 267
Date d'inscription : 22/06/2016
Age : 35
Localisation : plaisance du touch

Revenir en haut Aller en bas

Re: Direction du Stade Toulousain

Message par Pickwick92 le Jeu 24 Aoû - 12:28

bzh31 a écrit:Je ne sais pas où poster ce message. Il concerne l'évolution du rugby à XV en général et les informations que je transmets pourraient bien avoir une influence non négligeable sur la vie  (la survie, même) de notre club de coeur.

Pour de plus amples détails (et pour ceux qui pratiquent un peu l'anglais) je vous renvoie à trios articles du site du Guardian d'aujourd'hui, 24 août.
Dans le premier, les Saracens annoncent vouloir réformer profondément le salary cap, car il les empêche (disent ils) de garder des joueurs (exemple: Itoje) formés chez eux. Pourquoi? C'est limpide. L'an passé, les Sarries étaient au taquet sur le salary cap et Itoje,un très bon espoir. Aujourd'hui, le T6N et la tournée des Lions en NZ sont passés et la "valeur marchande" d'Itoje a fait un bond: le renouvellement de son contrat sortira le club du cadre salarial.
C'est un problème que nous allons rencontrer certainement dans les années qui viennent si notre formation continue d'exceller et si nous voulons en garder les fruits.

Dans le deuxième article, on apprend que Picamoles est le premier transfert à sept chiffres (ce ne sont que des livres, mais quand même). Jonny May, l'ailier des Lions, vient d'être surnommé "Neymar" tellement le montant de son transfert est élevé. Tout ceci me paraît converger pour poser le problème des ressources du Stade pour les dix ans à venir.

D'autant que (troisième article) les Cheetahs et les Kings rejoignent l'ex ligue celtique (Pro 14). Deux éléments intéressants. D'une part, ils s'organisent en deux poules de (7+1): 2 gallois, 2 irlandais, 1 de chaque autre pays (Ecosse, Italie, ?, et un club Sud Af). Un des arguments défendus par les organisateurs est qu'il n'y a pas de décalage horaire (1 heure max) et que les voyages se feront de nuit (ce qui sera plus confortable que Vannes-Carcassonne!). Ces clubs manifestent en plus la volonté de pouvoir se qualifier pour la Coupe d'Europe. L'AfSud pourrait même candidater auT6N...AMHA,ceci laisse présager un vaste championnat fermé (sans montée ni descente) de clubs européens sur le modèle NBA ou NFL, qui intégrera non seulement l'AfSud, mais,à terme, d'autres pays européens (type Géorgie ou Russie, Allemagne).

La fédé, la ligue et... les clubs majeurs (dont nous sommes) devraient réfléchir à ces questions et ne pas laisser aux Anglo-Saxons l'exclusivité de la préparation de cette révolution.
Pour moi,la cause est déjà entendue. J'ai plusieurs fois par le passé exprimé ma pensée que le sport (en général), n'est plus du sport mais du spectacle, que les clubs ne sont plus des clubs mais des entreprises et que les joueurs ne sont plus des sportifs mais des entrepreneurs qui gèrent leur entreprise personnelle basée sur leur talent, certes, mais aussi sur leur image (belle gueule, barbe hirsute, photogénie...). Donc, à l'ère du professionnalisme, le joueur va vers le club qui lui offre le plus (eux parlent de projets sportifs, nous de pognon...), et parmi ces clubs, ceux qui sont au top, à savoir qui gagnent des titres (donc peuvent mieux vous rémunérer, mieux vous exposer médiatiquement donc vous permettre de faire de la pub et à nouveau faire rentrer des devises). Tout le reste n'est que pure poésie.
Et là effectivement, je crains pour notre équipe car vouloir s'appuyer sur des jeunes, issus du cru est une idée vertueuse en soi. Mais cela suppose que les résultats de l'équipe de France soient très supérieurs à ceux qu'ils sont actuellement. En gros, que nous fassions partie des 5 meilleures équipes au monde et que nous battions régulièrement l'hémisphère sud et gagnions régulièrement le tournoi. Hors comme ce n'est pas le cas, notre championnat continuera de recruter ce qui se fait de mieux ailleurs, les clubs les plus riches prendront les meilleurs joueurs de l'hexagone. C'est ce que nous avons fait pendant 30 ans, il faut bien se le rappeler.
Pour faire un petit parallèle avec le foot, le transfert de Neymar aura un impact bien plus important qu'il n'y parait sur le monde des transferts. les clubs dont le top 8 européen est acheteur commencent à se montrer très gourmands et on commence à voir des sommes astronomiques demandées pour des joueurs de 20 ans n'ayant finalement rien prouvé sur la durée. On parle de clauses libératoires allant jusqu'à 1 milliard d'euros !!! (CR7). Pour le rugby, ce sera pareil, toute proportions gardées. Les contrats ne protègent plus les clubs si le joueur veut partir, juste à faire monter la facture. Si le Stade ne se remet pas dans le Top6 dans les 2 ans, nous perdrons nos espoirs et nous aurons beaucoup de mal à nous relever. Par contre, si nous pouvons renforcer solidement notre équipe en fin de saison (donc si nous avons d'ici là de gros moyens), nous reviendrons à égalité avec les gros bras actuels et ce sera sur le terrain que la décision se fera. Le sport/spectacle favorise la création de franchises ou le championnat ne voit que les meilleurs s'affronter et je reste persuadé qu'un jour le rugby sera franchisé.
Le rugby étant un sport/spectacle très médiatique (regardez la progression des filles), nous suivrons cette évolution même si elle me désole de plus en plus. Et malgré cela je continuerai à suivrai le Stade dès samedi à Oyonnax.
avatar
Pickwick92

Messages : 750
Date d'inscription : 02/08/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Direction du Stade Toulousain

Message par bzh31 le Jeu 24 Aoû - 14:05

Pour Clémuche:

https://www.theguardian.com/sport/2017/aug/23/saracens-salary-cap-rules-maro-itoje

Les deux autres articles sont référencés dans celui ci.

bzh31

Messages : 1206
Date d'inscription : 23/06/2016
Age : 78
Localisation : Toulouse+Bzh

Revenir en haut Aller en bas

Re: Direction du Stade Toulousain

Message par bzh31 le Lun 28 Aoû - 14:09

De retour è Toulouse, je viens d'aller chercher ma carte d'abonné. Une grosse surprise: aucun match prévu au Stadium cette année...

bzh31

Messages : 1206
Date d'inscription : 23/06/2016
Age : 78
Localisation : Toulouse+Bzh

Revenir en haut Aller en bas

Re: Direction du Stade Toulousain

Message par jumisao le Lun 28 Aoû - 14:50

Pas étonnant. On ne remplit même pas Ernest, pourquoi aller au stadium ?!?!

jumisao

Messages : 653
Date d'inscription : 22/06/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Direction du Stade Toulousain

Message par Pickwick92 le Lun 28 Aoû - 21:01

[quote="jumisao"]Pas étonnant. On ne remplit même pas Ernest, pourquoi aller au stadium ?!?![/quote
Et j'ai cru voir que la pelouse du Stadium était la pire de ligue 1. Donc le rugby a peu de chance d'y planter ses crampons.
avatar
Pickwick92

Messages : 750
Date d'inscription : 02/08/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Direction du Stade Toulousain

Message par bzh31 le Jeu 12 Oct - 9:42

Quelqu'un a-t-il accès à l'interview complet de DL sur le site de L'Equipe?

bzh31

Messages : 1206
Date d'inscription : 23/06/2016
Age : 78
Localisation : Toulouse+Bzh

Revenir en haut Aller en bas

Re: Direction du Stade Toulousain

Message par philou45 le Jeu 12 Oct - 10:20

Voila, j’espère que cela reste lisible.

TOULOUSE - Mardi matin, dans l'enceinte d'Ernest-Wallon. Accompagné d'architectes, Didier Lacroix inspecte l'une des tribunes du stade pour étudier la possibilité d'aménager une ouverture sur la pelouse à la brasserie du club. Le président du Stade Toulousain est passé à la deuxième étape de son projet pour le club. Après une première phase plutôt destinée à relancer le sportif, qui a occupé ses cent premiers jours, voici venu le temps de la restructuration : « Je veux consolider l'organisation interne, retravailler en profondeur les équilibres financiers qui existent entre chacune des institutions du club, changer le mode de communication », explique-t-il.

Le club a notamment lancé un appel d'offres auprès d'une dizaine d'agences de com pour repositionner son image, lui trouver une nouvelle accroche à la fois futuriste et fidèle à son histoire. Lacroix entend aussi développer cette welcome attitude qu'incarne notamment cette bodega désormais plantée au pied du stade. Un club-house, en réalité, où se réunissent les jeunes du club et leurs parents en semaine, et où se croisent joueurs et supporters après les matches. Symbole de cette volonté d'ouverture, de rassemblement et de convivialité prônée par le nouveau boss.
Les cent jours

« À quoi ressemble votre vie depuis votre entrée en fonction ?Elle est toujours passionnante. Mais j'ai moins de temps pour assouvir d'autres passions comme la chasse, la tauromachie, la dégustation du vin.Quel bilan tirez-vous de ces trois premiers mois de présidence ?J'avais l'objectif d'avoir un enthousiasme communicatif. Vu le vent de fraîcheur que je ressens sur le terrain et autour, j'ai l'impression d'y être arrivé. Cette satisfaction est à peine entachée par la réaction de quelques hommes. T'as toujours des mecs qui te demandent : ''T'as prévu une fonction pour moi ?'' Si tu ne sais pas leur répondre rapidement, ils entrent vite dans de la vexation et de la frustration.Si vous deviez retenir un bon moment de ces cent premiers jours ?La 80e minute du dernier match contre Clermont (28-18). Quand l'arbitre siffle la fin et qu'un stade plein chante son plaisir. Cet instant-là, et la demi-heure qui l'a suivi, t'as envie d'en profiter, d'amener ton fils au vestiaire pour "bader" son sourire quand il croise les joueurs.

«On reproche aux jeunes de ne pas être au courant de l'histoire de leur club. Mais c'est aussi aux dirigeants, parfois, de construire des outils pour la leur apprendre»

À l'inverse, si vous deviez retenir un mauvais moment ?Le jour où Yannick Bru a balancé un tweet qui laissait penser que je l'avais exclu du club des 100. Ça m'a blessé.C'est quoi, le club des 100 ?Le club des joueurs qui ont porté plus de cent fois le maillot du Stade. Ça représente 128 mecs, dont 121 sont encore en vie. Ces mecs-là ont désormais un siège réservé à Ernest-Wallon et leur nom gravé sur le casier du vestiaire correspondant à leur numéro. Sur le numéro 2, par exemple, sont inscrits les noms de Daniel Santamans, Yannick Bru et William Servat. Ça veut dire que, quand le jeune Peato Mauvaka (espoir du club ) portera le n° 2, il saura grâce aux noms inscrits sur son casier quels sont les grands joueurs qui l'ont précédé. On reproche aux jeunes de ne pas être au courant de l'histoire de leur club. Mais c'est aussi aux dirigeants, parfois, de construire des outils pour la leur apprendre.Revenons à Yannick Bru...Au moment du lancement de ce club des 100, lors de Toulouse-Agen (30-10, 6e j.), on a oublié d'inviter Yannick. Comme on n'a pas un service d'archives, on a fait une connerie. Et Yannick s'en est plaint dans un tweet. Je l'ai mal vécu parce que je ne comprends pas comment Yannick, avec qui j'ai habité en colocation et dont la femme est la marraine de mon fils, a pu penser un seul instant qu'on l'avait fait exprès. Ce club des 100 va justement à l'encontre des clivages. Il est destiné à tracer un trait d'union entre jeunes et anciens. »
Le sportif

« Comment jugez-vous le début de saison de votre équipe ?Il est bon puisque sur les sept premières journées, aucun match n'a été vierge. On a toujours ramené au moins un point, ce qui a permis d'impulser un élan et d'être aujourd'hui troisième. Après avoir prolongé Ramos, Marchand et Poi, vous avez fait signer Yoann Huget pour trois ans de plus (voir par ailleurs). Toulouse serait-il redevenu attractif ?Je crois que les cent premiers jours ont fait prendre conscience à certains que ce n'était pas le moment de quitter le navire. Ce qui me fait plaisir, en ce moment, c'est le regard que portent les joueurs qui ne jouent pas sur ceux qui jouent. On sent dans leurs yeux qu'ils ont plus envie de se donner les moyens de bousculer la hiérarchie que de crier à l'injustice. Je suis persuadé qu'Antoine Dupont, par exemple, rendra meilleur Sébastien Bézy et Jean-Marc Doussain.

«Trop tôt pour parler de Mola»

Ugo Mola, en fin de contrat, sera-t-il toujours entraîneur du club la saison prochaine ?C'est trop tôt pour en parler. Mais Ugo comme William (Servat, coentraîneur) savent très bien ce qui se passerait si on subissait les mêmes péripéties que la saison dernière. Mêmes eux ne prétendraient pas à leur propre succession ! C'est ça, le Stade Toulousain. Le mec qui fait quatre mauvais matches consécutifs n'ira jamais voir son coach pour lui demander pourquoi il ne joue pas le cinquième. Il ferme sa gueule et se range sur le côté en attendant d'être performant. Pour en revenir au staff, on y verra plus clair en début d'année. Disons que ça fera partie de mes préoccupations entre le centième et le deux centième jour. Le talonneur David Roumieu, arrivé comme joker médical en début de saison, sera en fin de bail en novembre. Êtes-vous tenté de le prolonger, au regard de son investissement dans le vestiaire ?Ce qui est génial, avec lui, c'est qu'il rappelle tous les matins aux jeunes la chance qu'ils ont de jouer au Stade Toulousain. Mais on n'a pas recruté un psy. On a pris un joueur expérimenté qui fait profiter de sa maturité. Alors, on va se poser deux questions : est-ce qu'en le gardant on n'enlèvera pas du temps de jeu aux jeunes talonneurs qui sont derrière Léo (Ghiraldini) et Julien (Marchand), à savoir Peato Mauvaka et Guillaume Marchand ? Et est-ce que la performance de l'équipe sera accrue par la présence de David ? Quand on aura les réponses, on prendra une décision. »
La collaboration future entre Didier Lacroix, le président, et Ugo Mola, l'entraîneur, passe par une obligation de résultats. (ARGUEYROLLES LAURENT / L'EQUIPE)
La collaboration future entre Didier Lacroix, le président, et Ugo Mola, l'entraîneur, passe par une obligation de résultats. (ARGUEYROLLES LAURENT / L'EQUIPE)
Les finances

« Quel est aujourd'hui la situation économique du club ?On a un déficit structurel qui oscille entre 1 et 1,5 M€ par an. Or, quand tu perds ces sommes-là, il n'y a pas cinquante solutions. Soit tu les as dans la tirelire et tu puises dedans, comme ça s'est passé les premières années, soit tu bénéficies d'un gros coup de main d'un partenaire, comme ça s'est passé avec Fiducial en 2014 (le groupe avait pris 10 % du capital du club), soit tu fais appel à une entreprise de marketing sportif comme Infront Sports & Média, comme on l'a fait en mai. Que vous apporte Infront, concrètement ?Ils sont arrivés avec un bonus de 3,5 M€ qui nous a permis de ne plus être déficitaires l'année dernière et de ne pas toucher à notre tirelire.Ils se sont engagés pour dix ans à vos côtés. Vous ont-ils garanti d'autres "bonus " ?Non. Leur métier est de développer les recettes du club. Si notre exercice
2017-2018 est déficitaire, il faudra voir si ça passe avec les 3,5 M€ ou si les nouveaux partenaires que nous trouvera Infront et les recettes des matches au stade nous permettront de réduire notre résultat déficitaire. Sans compter que le flou des règles sur le salary cap brouille notre visibilité à quatre ou cinq ans.

«Je n'ai pas de fric pour investir»

Que voulez-vous dire ?Je dis que dans ma gestion d'entreprise, il est important pour moi de savoir si ce salary cap est appliqué ou pas. Car s'il l'est, notre métier sera de se donner les ressources pour atteindre ce plafond et, ensuite, d'être le meilleur sur le terrain. En est-on là ? J'ai l'impression que non. Est-ce que ça le sera demain ? Je n'ai pas la réponse. Pourtant, il me la faut, car si le salary cap n'est pas appliqué, il faudra rentrer dans la même utilisation du système que les autres. Parlez-vous de contourner la règle ? Mais cette utilisation du système n'est pas illégale puisque les règles ne vont pas jusqu'au bout. Les clubs qui ont une masse salariale supérieure au salary cap, ça n'existe pas. En revanche, si on y ajoute les ressources perçues par les joueurs autres que le versement d'un salaire, ça doit fortement dépasser. Ça ne veut pas dire que les gens trichent. Ils s'adaptent. Tu peux aller de Toulouse à Bordeaux en une heure vingt si tu roules à 240 km/h. Il te suffit de ralentir devant les quatre radars...Une recapitalisation du club sera-t-elle bientôt indispensable ? Elle peut l'être si les recettes n'arrivent pas à redresser l'exploitation. Pour aller chercher certaines recettes, tu as parfois besoin aussi d'investir dans un bâtiment majeur voué à faire du commerce. Mais, pour l'instant, je n'ai pas de fric pour investir. La recapitalisation peut permettre ça. Le Stade doit penser à son rafraîchissement, à être en phase avec son temps.

«Soit t'es autonome, soit t'as besoin des gens»

Vous allez donc recapitaliser...On va d'abord voir jusqu'où on peut arriver en redressant les recettes par une relance sportive. Si on n'y arrive pas comme ça, il faudra recapitaliser. La décision se prendra d'ici la fin de l'année civile. Dans le cadre d'une éventuelle recapitalisation, Fiducial aurait forcément son mot à dire. Il pourrait y renforcer sa position dans le capital du club, exiger de placer des hommes à lui à la gouvernance...C'est la vie, ça. Soit t'es autonome, soit t'as besoin des gens. Et quand t'as besoin des autres, t'es soumis à leurs desiderata. Quand t'es gamin et que t'as 80 € par mois, soit t'arrives à te gérer, soit tu retournes voir tes parents la quatrième semaine pour une rallonge. Mais, là, t'es susceptible d'entendre : "O.K., mais tu nettoies le jardin et tu laves la bagnole."Quels rapports entretenez-vous aujourd'hui avec Fiducial ?Ils siègent au conseil de surveillance. Ils font partie des rapports d'opposition cinglants qu'on veut bien m'attribuer. Mais Fiducial, c'est mon partenaire maillot et le plus important des actionnaires privés. À ce titre-là, je me dois de lui livrer une stratégie d'entreprise pour savoir s'il adhère ou pas, et s'il continue ou pas à investir dans le club. S'il souhaite une autre stratégie ou une autre gouvernance, il s'exprimera là-dessus. Mais pour l'instant, à cent jours, on n'est pas dans cette actualité. »

philou45

Messages : 2
Date d'inscription : 23/06/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Direction du Stade Toulousain

Message par bzh31 le Jeu 12 Oct - 11:46

Merci beaucoup, Philou45. Il y a plein d'éléments intéressants dans cet article. J'apprécie beaucoup les paragraphes sur le salary cap et celui sur les relations avec Fiducial.@

bzh31

Messages : 1206
Date d'inscription : 23/06/2016
Age : 78
Localisation : Toulouse+Bzh

Revenir en haut Aller en bas

Re: Direction du Stade Toulousain

Message par chasseur le Ven 13 Oct - 7:13

article très intéressent sur le fond . J apprécie la philosophie de DL qui a plus les pieds sur terre que bouscou sans dénigrer le travail qu il a fait mais chacun son époque

chasseur

Messages : 44
Date d'inscription : 18/08/2017

Revenir en haut Aller en bas

Re: Direction du Stade Toulousain

Message par arthurledur le Ven 13 Oct - 15:20

Disons que bouscou vivait dans une autre époque. ...il s est endormi..

arthurledur

Messages : 1986
Date d'inscription : 24/06/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Direction du Stade Toulousain

Message par Vince833 le Ven 13 Oct - 17:14

Le temps semblait venu pour lui effectivement... je crois qu'à l'image de certains joueurs, il a fait les saisons de trop.

A 71 ans ce n'est quand même plus un jeune homme.

Vince833

Messages : 665
Date d'inscription : 24/06/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Direction du Stade Toulousain

Message par clemuche le Mar 5 Déc - 14:50

C'est dallas ce club....

https://www.mediacites.fr/toulouse/enquete-toulouse/2017/12/05/stade-toulousain-autopsie-dun-club-en-crise/

OULOUSEENQUÊTE
Stade Toulousain : autopsie d’un club en crise
Si les Rouge et Noir réalisent un début de saison honorable, le naufrage de la saison passée a laissé des traces, et le club demeure économiquement aux abois. Plongée inédite dans les coulisses d'une crise qui dure.

11 minutes 5 décembre 20170

Didier Lacroix (au centre) a pris la présidence d'un club économiquement aux abois. Matthieu Sartre/Magazine Boudu
C’est l’histoire d’une chute vertigineuse, celle du meilleur club de rugby des trente dernières années. Fort de dix-neuf titres de champion de France et de quatre coupes d’Europe, le Stade Toulousain est un géant de l’ovalie française. Mais c’est un colosse aux pieds d’argile, déficitaire depuis cinq ans. Le 23 novembre, le conseil de surveillance du Stade toulousain a entériné le principe d’une recapitalisation du club avant la fin de la saison. Selon nos informations, les pertes de l’exercice 2016 se chiffreraient au moins à 2,5 millions d’euros. L’assemblée générale du 18 décembre s’annonce déterminante pour l’avenir des Rouge et Noir, car elle permettra de connaître l’ampleur des besoins en cash pour renflouer les caisses du club.

La saison 2016-2017 a été catastrophique : les coéquipiers de Thierry Dusautoir se classent à la douzième place du Top 14, juste devant les deux équipes relégables. Pour la première fois depuis 41 ans, les Rouge et Noir ne disputent pas la phase finale du championnat au printemps. Un choc dans la Ville rose. Le changement à la tête du club devient inévitable. Le 1er juillet, après 25 ans de règne, le président René Bouscatel laisse son fauteuil à Didier Lacroix. « Mon rôle est de rendre le Stade Toulousain le plus beau possible, clame l’ancien troisième ligne des Rouge et Noir. Le club est fort quand il est stable. Il est faible quand il est divisé. Je serai particulièrement agressif dès lors que les intérêts personnels seront supérieurs à l’intérêt du club. » Didier Lacroix secoue le vestiaire en se séparant du coach des trois-quarts Jean-Baptiste Elissalde et en écartant le directeur sportif Fabien Pelous. Sous la houlette de l’entraîneur en chef Ugo Mola, l’équipe réussit un premier tiers de saison honorable. Le sportif a retrouvé des couleurs. Mais l’urgence économique n’a pas disparu. La direction nationale d’aide et de contrôle de gestion (DNACG), le gendarme financier du rugby professionnel, rode encore autour du stade Ernest-Wallon.

Matthieu Sartre/Magazine Boudu
Sous la houlette de l’entraîneur Ugo Mola, l’équipe retrouve des couleurs. Matthieu Sartre/Magazine Boudu
Un club économiquement aux abois

La dernière recapitalisation du club remonte à 2014. Le Stade est – déjà ! – en déficit financier et il faut agir vite. René Bouscatel se tourne alors vers Fiducial, société de services aux entreprises présidée par Christian Latouche, qui sponsorise le club depuis 2008. En injectant 2 millions d’euros, la société Fiducial acquiert 10% des parts et devient le premier actionnaire privé. L’association Stade Toulousain Rugby en possède 51%, celle des Amis du Stade, propriétaire d’Ernest-Wallon, 25%, et des petits porteurs se partagent les 14% restants. D’après nos sources, le pacte d’actionnaires signé à l’époque comporte des clauses particulièrement favorables à Fiducial. La société possède notamment un droit de préférence, en vertu duquel elle sera sollicitée en priorité lors de l’augmentation de capital à venir. Ce n’est pas tout : Fiducial détient également un droit de rachat. Dans l’hypothèse où, plutôt que de participer à l’augmentation de capital, la société déciderait de s’en retirer, le Stade Toulousain devrait racheter ses parts à la hauteur de ce qu’elles valaient en 2014 ! Or la valeur de ces parts a considérablement baissé depuis.

L’hypothèse d’une nouvelle ouverture de capital a été émise au début de l’année 2017. Mais Didier Lacroix avait réussi à en repousser l’échéance en cédant les droits commerciaux du Stade Toulousain à l’entreprise In Front, spécialisée dans le marketing sportif. Le groupe suisse a déboursé 3,5 millions d’euros. 1,5 millions de dédommagement ont été versés à la société de Didier Lacroix, A la Une, qui détenait ces droits. Les 2 millions restants ont permis au club de passer le cap de la DNACG en juin. Dans la foulée, l’ancien joueur devenu homme d’affaires a accédé à la présidence avec le soutien du sortant René Bouscatel. Un soulagement de courte durée. Six mois plus tard, retour à la case départ : le Stade Toulousain doit encore trouver des fonds.

Un club en proie aux guerres de clan

On ignore tout des intentions du patron de Fiducial Christian Latouche, 76e fortune de France selon le magazine Challenges, quant à sa participation ou non à l’augmentation de capital. Une chose est sûre : pressenti lorsqu’une recapitalisation a été évoquée début 2017, Fiducial n’a que peu goûté l’opération menée par Didier Lacroix, qui l’a laissé totalement à l’écart des discussions. « Si Christian Latouche me dit un jour : “Je ne suis pas d’accord avec ce que vous avez fait”, je pourrais au moins en discuter, balaie Didier Lacroix. Ce n’est pas le cas aujourd’hui. »

La cassure entre Fiducial et Lacroix semble irrémédiable. Elle aurait connu ses prémices en 2014, au moment de la dernière recapitalisation. « Fiducial a réalisé un audit, qui a estimé que le contrat passé avec groupe de Didier Lacroix sur les droits commerciaux, reconduit tacitement chaque année et comportant une clause d’exclusivité, était pénalisant pour le club, indique une source, sous couvert d’anonymat. Didier Lacroix l’a su et il a identifié Fiducial comme étant un danger pour lui. A l’automne 2016, René Bouscatel est retourné voir Fiducial, qui s’est dit prêt à remettre au pot. Cela a été le branle-bas de combat en coulisses. Henri Fourès, président des Amis du Stade, a hurlé : “Nous allons perdre la main sur notre club !”.  Il a même été question d’hypothéquer les terrains d’Ernest-Wallon… Aujourd’hui, Didier Lacroix présente les choses en disant que la vente des droits commerciaux du Stade Toulousain à In Front était une solution réfléchie. En réalité, il s’agissait surtout de faire barrage à Fiducial. »

Un club tiraillé entre business et tradition

Matthieu Sartre/Magazine Boudu
La fréquentation du stade Ernest-Wallon est en baisse. Matthieu Sartre/Magazine Boudu
Cette fois, la possibilité d’une prise de pouvoir du groupe Fiducial sur les Rouge et noir n’est pas à écarter. Elle conduirait le club à une transformation de son vieux modèle économique. Et à la mise au pas des associations et de leurs influents membres historiques. « Les Amis du Stade sont des gens qui ne se rendent pas compte de la façon dont a évolué l’environnement du rugby, critique un proche du club. Ils ignorent tout de la dimension prise par le business. Pour eux, il suffirait de retrouver du public et de s’en sortir avec les recettes de la billetterie. Ils incarnent un héritage du passé qui a longtemps fait la force du Stade Toulousain mais qui fait sa faiblesse depuis des années. »

Le club souffrirait-il du poids de la tradition ? « Quand on doit changer un entraîneur au Stade Toulousain, on n’examine pas le marché, reprend-t-il. On regarde quel entraîneur, dans ce marché, a joué au club. Or, on pourrait très bien maintenir une identité toulousaine forte, en laissant davantage de place à des gens de l’extérieur qui amèneraient une autre vision. Aujourd’hui, le Stade Toulousain est sclérosé par son organisation capitalistique, avec ces deux associations qui inhibent tout développement. » René Bouscatel, lui-même membre des Amis du Stade, voit les choses différemment : « Le club n’est pas fait pour générer des bénéfices à distribuer à des actionnaires, mais pour donner les meilleures conditions au sportif afin qu’il puisse avoir des résultats ».

Autre symbole de ces tiraillements entre business et tradition, l’abandon récent du projet d’implantation d’un restaurant McDonald‘s dans l’enceinte du stade Ernest-Wallon. « Nous en avons discuté l’année dernière, révèle Michel Réglat, le plus important franchisé de la chaîne de fast-food de l’agglomération toulousaine, à la tête d’une vingtaine d’établissements. Il s’agissait d’utiliser les anciennes tribunes afin d’y établir plusieurs commerces. Une dizaine d’entreprises étaient associées à ce projet dont l’objectif était de faire venir le public sur le site bien avant les matchs et de lui offrir la possibilité d’y rester ensuite plus tard. Nous étions prêts à venir et à payer un loyer mais il nous fallait un local adapté et nous avions demandé au club de prendre en charge le gros œuvre. Apparemment, il n’avait pas les moyens d’investir. Dommage car, pour le Stade Toulousain, le retour sur investissement aurait pu être très intéressant. » Mais l’état des finances n’explique pas seul l’abandon du projet. « Nous avions demandé logiquement pour des raisons commerciales que les food-trucks et les vendeurs de merguez présents aux abords du stade disparaissent », reprend Michel Réglat. Veto immédiat des membres des associations. Adieu Ronald McDonald.

Un club plombé par René Bouscatel, malgré les titres ?

Matthieu Sartre/Magazine Boudu
René Bouscatel, un bilan contrasté malgré les titres. Matthieu Sartre/Magazine Boudu
Le Stade, c’est Dallas. Au cœur de cette famille pas tout à fait comme les autres, René Bouscatel, 71 ans, laisse un héritage contrasté. Certes, le club a remporté neuf titres de champion de France, quatre titres de champion d’Europe sous son règne. Mais ses détracteurs l’accusent d’avoir conduit les Rouge et Noir dans l’impasse. Certains vont même jusqu’à affirmer qu’il se serait servi du Stade Toulousain pour s’offrir un train de vie fastueux. « Non seulement il avait un gros salaire, mais il avait une voiture et table ouverte à la brasserie du club », raconte l’un d’eux.

Ancien bâtonnier du barreau de Toulouse (1991-1992), Bouscatel accède à la présidence du club en octobre 1992. Pendant dix ans, il exerce bénévolement cette fonction et mène en parallèle sa carrière d’avocat. « Le 1er janvier 2002,  le club s’est transformé en SASP, une société anonyme, explique-t-il. Or, ma profession n’est pas compatible avec celle de président de directoire d’une société commerciale. Les dirigeants du Stade Toulousain m’ont alors demandé d’abandonner mon métier. J’ai accepté de quitter le cabinet que j’avais créé trente ans plus tôt. Avec 8 000 euros nets par mois, ma rémunération, fixée à l’époque par le conseil de surveillance, était bien inférieure à celle de mon activité d’avocat. Mon salaire a progressé jusqu’à 12 000 euros bruts en 2011. Ensuite, j’ai diminué d’un tiers mes revenus. J’étais loin d’avoir la plus forte rémunération au Stade Toulousain ! »

L’ancien président estime avoir joué pleinement son rôle de « fédérateur » au sein d’un club inlassablement en proie aux guerres de clans. Son mandat d’adjoint au maire de Toulouse, entamé en 2001 aux côtés de Philippe Douste-Blazy, a aussi semé le doute sur son degré d’implication dans le club. « Finalement, à vouloir être partout, il n’était ni au club, ni à la mairie, a-t-on entendu. Et il multipliait ainsi ses sources de revenus. » René Bouscatel se défend : « Je gagnais 900 euros par mois en tant qu’adjoint, c’était insignifiant. Et quand je suis devenu conseiller municipal d’opposition, en 2008, c’était 300 euros. J’étais pour les deux tiers de mon temps au Stade, le reste à la mairie, et je ne faisais pas des semaines de 35 heures… » Certains sous-entendent que la gauche a cherché à déstabiliser René Bouscatel, un temps pressenti comme possible tête de liste de la droite pour les municipales, en baissant progressivement les subventions du Stade toulousain à partir de 2011, lors du mandat du socialiste Pierre Cohen (2008-2014). François Briançon, ex-adjoint au sport (PS), démine ce terrain : « Pas du tout. La baisse des subventions concernait tous les clubs de la ville. Nous avons toujours entretenu avec René Bouscatel des relations très cordiales, en dépit de nos idées différentes. »

Stade Toulousain Bouscatel et Lacroix
René Bouscatel a passé le relais à Didier Lacroix. Matthieu Sartre/Magazine Boudu
Un club qui multiplie les litiges

Les dernières années du mandat de Bouscatel au Stade Toulousain sont parsemées de décisions qui interpellent. En 1997, le club ouvre sa boutique en plein centre-ville, rue Alsace-Lorraine. Elle est pilotée par Charles di Domineco. Progressivement, il construit la marque de prêt-à-porter Stade toulousain, surfant sur les excellents résultats sportifs du club dans les années 2000. Et d’autres points de vente voient le jour. Avec un chiffre d’affaires de 8 millions d’euros environ, soit 25% de celui du club, la marque, qui propose deux collections par an, rivalise avec celles des grands clubs de football. Les boutiques dégagent jusqu’à 1,5 million d’euros, reversés en fonction des besoins directement dans la trésorerie du club. Avec le déclin sportif du club, amorcé après le titre de champion de France 2012, le commerce ralentit, mais reste bénéficiaire. Fin 2014, Bouscatel décide néanmoins de confier les boutiques en location-gérance à la société Otago. Qui découvre a posteriori que des licences de la marque sont aussi détenues par d’autres revendeurs… L’affaire est portée en justice, le Stade toulousain risque gros.

Autre choix discutable : en 2014, René Bouscatel signe un contrat d’équipementier avec BLK. « Nous étions avec Nike depuis 23 ans, mais la marque a cessé son activité dans le rugby, nous détaille-t-il. Nous avons fait un appel d’offres et la meilleure proposition a été apportée par BLK. » Une marque quasiment inconnue en France. « Elle était présente dans l’hémisphère sud et voulait s’implanter au nord, reprend l’ex-président. Pour cela, elle a choisi le Stade toulousain. Manque de chance, elle a rencontré des difficultés financières et nous a laissé tomber. Je regrette l’épilogue mais on n’avait pas pris n’importe qui… » Dans l’affaire, le club a hérité d’un autre litige en justice en cours, autour d’un impayé de la part de l’équipementier australien.

Un club sous la coupe de la famille Lacroix ?

A maints égards, ils sont nombreux dans l’entourage du club à regretter le départ de Claude Hélias en 2011, l’ancien président du conseil de surveillance. Expert-comptable, ce dirigeant influent, ami du manager Guy Novès qui l’a amené au club au milieu des années 1990, a abattu un boulot considérable. Puis il a claqué la porte, en désaccord avec les méthodes de René Bouscatel. Trois ans après le départ de Claude Hélias, Eugène Passerat, qui lui a succédé à la présidence du conseil de surveillance, provoque à son tour un tremblement de terre. En 2014, il porte plainte contre X pour « abus de pouvoir social et complicité. » Ce qu’il entend dénoncer en réalité ? La présumée mainmise sur le club de la famille Lacroix.

Jean Lacroix, le père, est le créateur de la société Sodirex, traiteur du Stade toulousain. Didier Lacroix détenait les droits commerciaux du club. Et Michel, son frère, en est un dirigeant très influent, vice-président du conseil de surveillance à l’époque. Franck Belot, associé de la société de Didier Lacroix, est lui aussi un dirigeant des Amis du Stade. En février 2015, le procureur de la République Pierre-Yves Couilleau saisit la division financière du SRPJ de Toulouse pour mener l’enquête. « Ce qui est extraordinaire, nous confie une source demandant à rester anonyme, c’est que, parmi les enquêteurs, il y avait un éducateur du club, par ailleurs dirigeant de l’association Stade toulousain Rugby ! » Fin mai, les policiers remettent leur dossier au parquet. Il ne sera pas instruit. Aucune irrégularité n’est constatée. Marginalisé, Eugène Passerat quitte la présidence du conseil de surveillance. Il est même exclu temporairement de l’association, à la demande de Michel Lacroix pour « atteinte à l’honorabilité du Stade Toulousain » et « pour défaut de loyauté sportive » ! Toulouse, ton univers impitoyable…

Matthieu Sartre/Magazine Boudu
Stade Toulousain, ton univers impitoyable… Matthieu Sartre/Magazine Boudu
La reconduction du contrat de la société de Didier Lacroix pour les droits commerciaux du Stade toulousain pendant 23 ans témoigne aussi, selon ses détracteurs, de l’emprise de la famille sur le club. René Bouscatel défend son successeur : « Légalement, lorsqu’un contrat d’agent mandataire prend fin, s’il n’est pas renouvelé, on doit une indemnité fixée par la jurisprudence à environ deux ans de commissions. Or, il n’y avait aucune raison de ne pas reconduire A la Une dans la mesure où son chiffre augmentait systématiquement. En outre, son taux de commissionnement était bien moindre que la grande majorité des acteurs du marché. » Didier Lacroix, lui, se pense victime de jalousie. Il rappelle son dévouement et celui de sa famille pour le club : « Quelle est la liste des joueurs du Stade Toulousain qui, grâce à mes relations personnelles, ont trouvé un boulot pour eux, pour leurs femmes ? Celle qui a le plus donné, c’est ma mère. C’est elle qui a hébergé nombre de joueurs qui arrivaient, qui a nourri des équipes entières ».

Un autre épisode, particulièrement ubuesque, en dit long sur les dysfonctionnements et les déchirements internes autour du copieux gâteau des droits commerciaux. En 2013, la société Team One, dirigée par Philippe Spanghero, à laquelle sont associés deux joueurs du club, Vincent Clerc et Grégory Lamboley, signe des contrats de droits à l’image avec les principales têtes d’affiche de l’équipe. Elle mène des opérations commerciales et l’argent récolté permet d’arrondir les fins de mois des entraîneurs et des joueurs. Problème : « Nous nous sommes parfois retrouvés sans joueur auprès des partenaires du club lors des après-matchs ! » peste Franck Belot, associé de Didier Lacroix au sein de la société A la Une. La situation est depuis rentrée dans l’ordre. Philippe Spanghero, lui, est devenu le consultant de Fiducial au Stade Toulousain…

Aujourd’hui, le nouveau président Didier Lacroix dit vouloir rassembler la grande famille des Rouge et Noir. Tout en épurant les affaires en cours. Certaines casseroles lui sont tombées dessus depuis son intronisation. L’ancien deuxième ligne argentin Patricio Albacete vient ainsi d’attaquer le club pour une requalification d’un contrat de travail remontant à la saison 2009-2010. Combien de cadavres se cachent encore dans les placards du Stade Toulousain ?

clemuche

Messages : 267
Date d'inscription : 22/06/2016
Age : 35
Localisation : plaisance du touch

Revenir en haut Aller en bas

Re: Direction du Stade Toulousain

Message par Singo le Mar 5 Déc - 15:14

Je ne suis pas trop surpris, et plutôt d'accord avec le fait que les anciens n'y comprennent plus rien...

par contre ceci me choque...
L’ancien deuxième ligne argentin Patricio Albacete vient ainsi d’attaquer le club pour une requalification d’un contrat de travail remontant à la saison 2009-2010. Combien de cadavres se cachent encore dans les placards du Stade Toulousain ?

Un très grand joueur, mais il n'a pas été grand dans son départ, tout comme Johnston... Ils font tâches par rapport à Dusautoir ou d'autres...

____________________________________________________
avatar
Singo

Messages : 257
Date d'inscription : 22/06/2016
Age : 32
Localisation : Tarbes

Revenir en haut Aller en bas

Re: Direction du Stade Toulousain

Message par bzh31 le Mar 5 Déc - 18:38

Nous savons bien que Fiducial va prendre de plus en plus de place dans l'organisation du Stade. Ce sont les seuls qui aient la surface financière suffisante pour apporter un vrai pactole. Reste à savoir si Lacroix sera partie prenante ou sera rejeté par eux.
Ceci dit, à part les déclarations de Bouscatel et de D. Lacroix, qui défendent leur point de vue, tout le reste de l'article est composé à partir de bruits totalement anonymes, ragots mille fois cuits et recuits. Plus des opinions au moins bizarres, comme celle du gérant de Mc Do Toulouse. Visiblement, il n'a digéré ni Michel Sarran, ni la succès de la Bodega. L'entrée des joueurs et la mi temps continuent d'être animées par McDo, néanmoins.
La situation n'est pas brillante, financièrement parlant, nous le savons. D. Lacroix et son équipe essayent d'améliorer les choses, de façon intelligente.
Ce n'est pas le moment de prêter l'oreille aux jaloux.

bzh31

Messages : 1206
Date d'inscription : 23/06/2016
Age : 78
Localisation : Toulouse+Bzh

Revenir en haut Aller en bas

Re: Direction du Stade Toulousain

Message par Pickwick92 le Mar 5 Déc - 19:05

Tout cela montre que l'avenir du club n'est pas encore assuré, malgré les résultats plutôt encourageants de ce début de saison et que ce n'est pas pour demain que l'on va voir de gros poissons renforcer notre équipe. Et s'il y a recapitalisation importante de la part de Fiducial, cela ne se fera pas sans contreparties. Ces dernières n'étant pas conformes aux souhaits de l'ensemble des acteurs actuels, il risque d'y avoir des remous dans le club.
avatar
Pickwick92

Messages : 750
Date d'inscription : 02/08/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Direction du Stade Toulousain

Message par clemuche Aujourd'hui à 10:01


clemuche

Messages : 267
Date d'inscription : 22/06/2016
Age : 35
Localisation : plaisance du touch

Revenir en haut Aller en bas

Re: Direction du Stade Toulousain

Message par Cherubin Aujourd'hui à 13:57

Pas si sûr dès ce soir:
https://www.mediacites.fr/toulouse/complement-denquete-toulouse/2017/12/18/stade-toulousain-lactionnaire-fiducial-va-au-clash/
Je n’ai pas accès à l’article mais le filet sous le titre ne rassure pas.
Kallenbrum, l’auteur de l’article est celui qui a beaucoup écrit à propos d’Altrad/Laporte.

Dans les nouvelles d’aujourd’hui, j’aurais préféré lire la signature de Ngatai Neutral
avatar
Cherubin

Messages : 372
Date d'inscription : 22/06/2016
Age : 45

Revenir en haut Aller en bas

Re: Direction du Stade Toulousain

Message par Pickwick92 Aujourd'hui à 18:52

Cherubin a écrit:Pas si sûr dès ce soir:
https://www.mediacites.fr/toulouse/complement-denquete-toulouse/2017/12/18/stade-toulousain-lactionnaire-fiducial-va-au-clash/
Je n’ai pas accès à l’article mais le filet sous le titre ne rassure pas.
Kallenbrum, l’auteur de l’article est celui qui a beaucoup écrit à propos d’Altrad/Laporte.

Dans les nouvelles d’aujourd’hui, j’aurais préféré lire la signature de Ngatai Neutral
C'est pas terrible comme nouvelle.Ça m'a l'air d'un sacré panier de crabe cette histoire. A suivre.
avatar
Pickwick92

Messages : 750
Date d'inscription : 02/08/2016

Revenir en haut Aller en bas

Re: Direction du Stade Toulousain

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 5 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum